KOUBAN, LES GRANDES VOIX COSAQUES

Mardi 10 juillet 2018 – 20h30 – Collégiale Saint-Mexme – Chinon

Ensemble Kouban – direction : Andrei Kikena
Andreï Kikena : ténor & accordéon
Pavel Kaldine : ténor & balalaïka
Valeriy Druhovskyy : basse
Andriy Andrunyk : ténor lyrique
Sergei Stilmachenko : baryton lyrique

Après avoir occupé les fonctions de directeur de l’Opéra de Kiev et de St Petersbourg, Andrei KIKENA fonde KOUBAN, les grandes voix cosaques dès son arrivée à Paris. L’Ensemble réunit 5 chanteurs solistes et instrumentistes de haut niveau qui présentent un voyage musical inoubliable à travers la Russie éternelle ! Alternant des nuances d’une infinie douceur ou d’une éclatante énergie, les artistes revisitent des répertoires des grands classiques russes, les chants orthodoxes, les polyphonies cosaques et chants populaires.

NON STOP TANGO – BUENOS AIRES HORA CERO

Jeudi 12 juillet – 20h30 – Collégiale Saint-Mexme – Chinon

Anna Hamayon, violoncelle
Philippe Argenty, piano
Dario Polonara, bandonéon
Sebastian Ovejero & Marie Quilly – danse

« Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas, les Colombiens des Mayas, et les Argentins descendent du bateau », raconte le fameux proverbe. En effet, le tango argentin est issu de mélange des cultures, notamment de la Vieille Europe mais également d’Afrique ou d’autres pays d’Amérique Latine. Le spectacle Buenos Aires Hora Cero propose de revisiter les musiques et danses de nos racines, entre salades et stéréotypes véridiques. Une polonaise au violoncelle, un franco-espagnol au piano et un argentin au bandonéon dépeignent, décrivent et décortiquent la vie intime des porteños, ces habitants de la capitale argentine. Le couple de danseurs franco-argentins qui les accompagne ajoute authenticité et e(r)xotisme au tableau.

LES LAMES POÉTIQUES

Dimanche 9 septembre – 17h – Chinon

Duo fines lames
Florent Sepchat
, accordéon
Renaud Détruit, vibraphone

C’est un duo inédit que proposent Renaud Détruit et Florent Sepchat. Une rencontre inattendue entre des lames, celles soufflées de l’accordéon d’un côté et celles frappées du vibraphone ou marimba de l’autre. Né un soir de carte blanche aux professeurs du Conservatoire de Tours au Petit Faucheux en Mai 2015, le duo Détruit / Sepchat a immédiatement séduit le public présent. Un coup d’essai qui s’est avéré un coup de maître et qui se poursuit depuis. « Avec Florent on se connaît depuis longtemps et pour cette carte blanche j’ai pensé à lui parce que le mariage de l’accordéon et du vibraphone ou marimba n’avait jamais été fait en duo » raconte Renaud Détruit. Depuis, la même volonté de sortir les instruments de leur zone de confort pour les amener dans des endroits musicaux où on ne les attend pas forcément, les a poussé à poursuivre ce chemin commun.

GAUDENS IN DOMINO – Musiques sacrées du temps de Saint Louis

Dimanche 23 septembre – 20h30 – Église Sainte Radegonde – Couziers

Ensemble Diabolus in musica
direction : Antoine Guerber

Le XIIIe siècle est le siècle de Saint Louis, celui de l’art gothique royal, triomphant, bien représenté par le magnifique sourire de l’ange de la cathédrale de Reims. À l’heure où la France se couvre d’églises et de couvents, au moment où le roi affermit son pouvoir et sa puissance aux dépens des grands féodaux, où l’Église tente de maîtriser une société qui se laïcise et s’urbanise, la musique connaît des innovations décisives qui vont marquer notre histoire artistique de façon profonde. Ce programme dresse ainsi un portrait musical de la France de Saint Louis, référence culturelle et artistique de tout l’occident.

TRIO SORA

Dimanche 7 octobre – 17h – Château de Marçay

Magdalēna Geka, violon
Pauline Chenais, piano
Angèle Legasa, violoncelle

Animées d’une même passion pour la musique de chambre, les musiciennes du Trio Sōra, amies de longue date du Conservatoire de Paris (CNSMDP), se sont lancées avec énergie et enthousiasme dans l’envolée de leur carrière. Un élan fidèle à la signification du prénom amérindien Sōra : « oiseau qui chante en prenant son envol ». Le Trio Sōra se distingue par une incroyable osmose sur scène entre les trois musiciennes et une rare sensibilité musicale, influencée par la diversité des héritages culturels de chacune – Lettonie, Italie, Pays Basque, France. Ces musiciennes ont pu bénéficier des conseils de grands maîtres tels que Menahem Pressler, le Quatuor Ebène, le Quatuor Danel, Gary Hoffman, Eberhard Feltz, Valentin Erben…

ORCHESTRE DE LA GARDE RÉPUBLICAINE

Dimanche 16 décembre – 16h30 – Espace Rabelais – Chinon

Orchestre d’harmonie de la Garde Républicaine
Direction : Colonel François Boulanger

L’orchestre de la Garde républicaine, dont l’origine remonte à 1848, est composé de 120 musiciens professionnels issus des conservatoires nationaux supérieurs de Paris et de Lyon. L’orchestre d’harmonie entreprend en 1872 aux États-Unis, le cycle de ses voyages à l’étranger et le succès est immédiat. Depuis, de très nombreuses tournées ont affirmé son prestige dans le monde entier (Europe, Canada, Japon, Chine, Corée, Singapour, Kazakhstan…). Dirigé par le colonel François Boulanger, lauréat de concours internationaux et titulaire de cinq prix du conservatoire national supérieur de musique de Paris, l’orchestre de la Garde républicaine peut se produire en différentes formations (orchestre d’harmonie, orchestre à cordes, orchestre symphonique, quatuor à cordes), tant pour illustrer des prestations officielles, que pour s’intégrer aux saisons musicales des grandes salles de concerts et des festivals.