È COSI ! CONCERT-OPÉRA

Jeudi 11 juillet – 20h30 – Collégiale Saint-Mexme – Chinon

Morgane Kypriotti : Despina / Julie Prola : Fiordiligi / Brenda Poupard : Dorabella / Sahy Ratianarinaivo : Ferrando / Louis Roullier : Guglielmo /Antoine Bretonnière : Don Alfonso / Vjola Paco : piano
Adaptation : Compagnie Plein Jour / Direction musicale : Franck Krawczyk

Così fan tutte n’est pas l’opéra de Mozart le plus directement accessible. Il parle pourtant, sous ses faux airs de comédie, du sujet fort bien connu et délicat de l’amour et de l’infidélité.
Les personnages, jeunes de surcroît, sont prisonniers de leurs certitudes, fondées sur leur éducation, et la vie devra les ébranler suffisamment afin qu’ils puissent les s’affirmer plus tard avec davantage d’expérience et de sagesse.
C’est ici, une version cousue sur mesure, servie par de jeunes chanteurs accompagnés au piano, dans le but de la rendre plus immédiatement accessible pour le public. Pour autant aucune note ne manque, seuls le dépoussiérage des codes de l’époque et le passage de l’italien au français des récitatifs, permettent de faire entendre cette musique au plus près de la vérité de ce qu’elle cherche à nous dire.

REINE DU CIEL – Missa Ave Regina

Dimanche 1er septembre – 17h – Collégiale Saint Martin, Candes

Ensemble Diabolus in Musica – Direction : Antoine Guerber

La dernière messe de Du Fay est l’ultime chef d’œuvre du Moyen Âge, annonçant la Renaissance, à la fois éblouissante apothéose et aube prometteuse, en l’honneur de la Vierge Marie. Guillaume Du Fay est l’un des très grands représentants du génie musical français, l’un des compositeurs les plus importants de notre histoire. La Missa Ave Regina Celorum est son ultime chef d’œuvre. II y atteint des sommets d’expressivité, une maîtrise confondante du contrepoint et des sonorités brillantes qui laissent deviner un humanisme touchant et raffiné. Pour la dernière et la plus importante œuvre de sa vie, le maître cambrésien va déployer tous ses talents dans une immense architecture musicale, avec d’impressionnantes complexités rythmiques, toujours au service de la dévotion et de la beauté.

QUATUOR A’DAM SPIRITUAL

Dimanche 15 septembre – 17h – Église Sainte Radegonde – Couziers

Julien Guilloton, basse / Louis-Pierre Patron, baryton / Olivier Rault, ténor / Pierre Boudeville, baryton

Ce quatuor vocal masculin, né de rencontres aux Pays-Bas, a su se créer un univers musical original fait de contrastes, de ruptures, de mélanges. Chansons françaises, negro spirituals enivrants, lieder intimistes, tubes anglais des années 70 et répertoire de la Renaissance se côtoient dans une alternance entre pièces tirées du répertoire choral et arrangements (parfois détonants) faits sur mesure.
Repéré en 2015 par Gaëlle le Gallic (France Musique), le Quatuor A’dam s’est depuis produit dans le cadre du Festival Radio France Occitanie-Montpellier, des Quotidiennes de la Cité de la Voix de Vézelay, des Dominicains de Haute-Alsace de Guebwiller, des Jeudis musicaux de Royan, du festival Voce Humana de Lannion… En mars 2017, le quatuor a créé son premier spectacle mis en scène par Laurent Cussinet, au Théâtre de l’Agora – scène nationale d’Evry et de l’Essonne. S’en est suivi une tournée de concerts « Près de chez vous » dans tout le département. En Octobre 2017, le Quatuor A’dam s’est produit à Abuja dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut français du Nigéria.

BLAUBIRD et les femmes compositrices des XIIe et XIIIe siècles

Dimanche 6 octobre – 17h – Église Saint Nicolas, Tavant

Laure Slabiak : voix, clavier, samples
Olivier Slabiak : violon, guitare
Simon Drappier : Arpeggione

Dans le cadre de l’Église de Tavant, les chansons médiévales vont se mêler aux créations de BlauBird. Faire se rencontrer la musique de BlauBird et la poésie profane et sacrée des compositions de femmes créatrices et inspirées comme Hildegarde Von Bingen (religieuse bénédictine, mystique, compositrice, médecin et femme de lettres du XIIe siècle), Beatritz de Dia (trobairitz en langue occitane) ou encore Marie de France (trouveresse et poétesse du XIIe siècle). Les chansons du moyen‐âge ne sont pas de simples objets historiques ; elles reprennent vie en s’incorporant à notre présent avec l’ajout de samples et d’instruments électroniques et amplifiés… Le lien entre la formation de chanteuse lyrique de Laure Slabiak et son attachement à la musique ancienne amène à la rencontre entre modernité d’une pop‐folk épurée et premiers airs lyriques profanes et sacrés de l’histoire de la musique.

RICHARD GALLIANO ET LE PRAGUE STRING QUINTET

Samedi 14 décembre – 20h30 – Espace Rabelais – Chinon

Richard Galliano, accordéon – bandonéon / Martin Týml, 1er violon / Kristýna Hodinová, 2e violon / Eva Horváth, alto / Jiří Šlechta, violoncelle / Vladislav Vorel, contrebasse

L’accordéoniste éclectique est accompagné par le Prague String Quintet. Cette formation est à la mesure du concertiste, compositeur et arrangeur de génie. Au menu de cette fête musicale, Vivaldi, Bach, Piazzolla évidemment et des pièces de Galliano.
Faut-il encore présenter Richard Galliano ? Il a tant voyagé sur la planète musicale, allant du jazz et du tango jusqu’au répertoire classique, tout en passant par la chanson française aux côtés de Serge Gainsbourg, de Claude Nougaro, de Brigitte Fontaine. Bien qu’il soit l’unique accordéoniste concertiste du très sérieux catalogue de la Deutsche Grammophon, Richard Galliano continue de musarder au gré de ses curiosités et de ses envies. Il cultive ainsi des fidélités, à Vivaldi et à Bach, à Astor Piazzolla le maître et l’ami, aux musiciens. Avec le Prague String Quintet, il aborde un répertoire hautement musical dans le rôle du soliste, faisant chatoyer son instrument, que ce soit l’accordéon ou le bandonéon.