La collégiale Saint-Mexme était le principal édifice religieux de Chinon jusqu’à la Révolution.

Fondée au Ve siècle par Saint-Mexme disciple de Saint-Martin, elle devint collégiale au XIe siècle et fut agrandie pour accueillir les nombreux pèlerins qui venaient sur le tombeau de Saint-Mexme. Désaffectée sous la Révolution, l’église s’effondra en partie en 1819. Après déblaiement et consolidation, les restes de l’édifice furent destinés à accueillir une école qui a perduré jusqu’en 1980.

C’est grâce aux lois Malraux que s’engagea un vaste chantier de restauration et de réhabilitation. Dans ce cadre, un petit théâtre en bois a été monté en 2002 dans le vaisseau central de la nef qui date des environs de l’an Mil. Grâce à ce petit théâtre, la Collégiale est aujourd’hui un point de rencontre privilégié entre le patrimoine et des manifestations culturelles plus contemporaines. Saint-Mexme recèle, entre autres, de magnifiques vitraux créés par l’artiste Olivier Debré. Servis par les techniques les plus novatrices, ils interposent entre ombre et lumière de grandes flammes de couleur d’un seul tenant sans l’aide du moindre support métallique qui aurait pu alourdir les lignes très pures de cette architecture.